L’innovation entre attraction et appréhension

L’innovation qui peut se définir comme l’introduction de quelque chose de nouveau dans une chose établie (source : cnrtl) suscite bien souvent crainte et attraction chez chacun d’entre nous.

Illustration du livre éponyme de James O’Loghlin chez Wiley

 

L’attraction sans se circonscrire à la curiosité, au plaisir de la découverte ou à la promesse de nouvelles émotions, s’appuie sur ces composantes pour stimuler notre matière grise. Évidemment, la nouveauté n’est pas si rose. Elle est également source d’inconfort, d’inconnu, de risque. L’inconfort sera généré par la perte d’habitudes inhérentes à l’installation de la nouveauté, certains gestes professionnels devront être ajustés ou tout simplement remplacés. Pour répondre à cette nécessité, il faut avoir confiance dans sa professionnalité. L’inconnu ne doit pas être redouté. Au contraire ! Il constitue déjà le sel de l’activité. Quant au risque, nous pouvons l’anticiper, le restreindre, le borner, le risque cela se gère. Le risque se gère d’autant mieux en équipe, avec nos cadres, avec l’appui de la CARDIE.

L’innovation ne doit pas être source de stress mais de renouveau.